À la Une

VivaTech 2018, le rendez-vous mondial du digital: Comment les startups transforment-elles leur secteur d’activité grâce à des solutions innovantes ?

cropped-vt18-partage-reseausociaux_1-1-1.png

La VivaTech 2018 a été le rendez-vous mondial des startups et leaders à l’avant des solutions innovantes et de nouvelles technologies qui ont composées ce salon.

Elle a été le théâtre de nombreuses solutions technologiques innovantes, dont les prédominantes ont été l’IA, la Réalité Virtuelle et Réalité Augmentée. Les startups présentes ont démontré à travers ce salon comment leurs projets peuvent s’intégrer dans les challenges de leurs secteurs que ce soit dans le luxe, dans la formation, la santé, l’aéronautique ou la banque.

Bien que nous sommes arrivées à la VivaTech avec un plan d’attaque préconçu, nous avons fini par nous laisser immerger par toutes les nouvelles innovations tout le long de notre balade autour du salon qui ont attiré notre attention.

Dans les articles qui vont suivre nous allons couvrir les points importants de la VivaTech et vous donner nos impressions. Nous avons choisi de nous focaliser sur deux secteurs, le luxe et la robotique, dont les startups et les innovations présentées nous ont le plus marqué.

 

Publicités

Le secteur du luxe et cosmétique

Pour cette édition VivaTech 2018 est en pleins phares sur la beauté connecté notament avec le groupe LVMH et l’Oréal.

Le groupe LVMH compte 30 start-ups sur son stand qui sont venues du monde entier et ont été sélectionnées parmi plus de 800 candidatures afin d’assister à l’événement VivaTech 2018. Elles ont exposé leurs innovations aux professionnels et au public, et le grand gagnant bénéficiera d’un accompagnement au développement de la part du groupe LVMH. Nous avons eu notre coup de coeur qui est Paperscent une innovation intéressante à découvrir. Nous avons trouvé le stand LVMH très beau , avec des startups présentent intéressantes. Cependant il y avait souvent énormément de monde et nous avions eu du mal à accéder à certains stands.

7045731_1-0-1501368438_1000x625.jpg
Stand LVMH VivaTech 2018

L’Oréal grand favori du salon avec son stand en blanc et épuré mise sur la transformation numérique qui perturbe complètement le secteur de la beauté. Avec «The New Beauty Experience», L’Oréal offrira aux visiteurs un voyage immersif qui explore trois aspects de leur vie quotidienne, en exploitant la puissance de l’intelligence artificielle, des objets connectés et de la réalité augmentée.

L’innovation est également apportée à la maison par un coup d’œil à la salle de bain du futur,D’autres services et expériences personnalisés attendent également d’être découverts sur le stand de 300m2, tels que les dernières imprimantes 3D et les robots collaboratifs – exemples brillants d’Industrie 4.0 chez L’Oréal. Nous allons vous développer le sujet du Modiface sur notre prochain article. 

Les conférences étaient intéressantes et les interfaces misent à disposition étaient plaisantes à utiliser , cependant nous avions peu apprécié le fait qu’ils aient fermé le stand au public pendant un certain temps afin de laisser place à un buffet pour les professionnels de L’Oréal et ses collaborateurs.

DeCA0s2WAAAszFT.jpg
Stand L’Oréal VivaTech 2018

 

Modiface un miroir intelligent pour L’Oréal

Parmi les autres nouveautés technologiques, L’Oréal a présenté sur Viva Technology un prototype de miroir intelligent développé par ModiFace  en partenariat avec la start-up MemoMi. Toujours dans cette logique de  personnalisation, le miroir permet de proposer des looks de maquillage en accord avec sa tenue vestimentaire et la forme du visage et des tutoriels adaptés pour pouvoir réaliser le look. Le groupe présente également des innovations autour de la voix et de l’e-commerce développées en Chine. En partenariat avec L’Oréal Paris Men Expert,  L’Oréal Chine expose un assistant vocal intelligent permettant de proposer des produits de soin de la peau et de les acheter via une conversation avec le consommateur. Mais surtout, L’Oreal Paris a noué un partenariat avec Alibaba pour développer un miroir connecté, basé sur la voix, offrant la possibilité d’acheter des produits de beauté en fonction du look sélectionné.

Nous avons été à la conférence tenu par les responsables de la Start-up MemoMi Madame Esohe Omoruyi responsable digital L’Oréal International et le CEO de MemoMi Monsieur Parham Aarabi pour en savoir plus concernant cette innovation vous trouverez les vidéos avec notre explication: 

Lien vidéo des services  Modiface au sein de L’Oréal en anglais: https://www.youtube.com/watch?v=cnHOSsCcYmk 

Cette vidéo parle des services de Modiface , l’utilisation de cette interface et de cette nouvelle technologie. Cette plate-forme du miroir intelligent a été inventé pour faire des modifications directe avec la possibilité de se voir en temps réel avec du maquillage même si on n’en a pas. Pouvoir voir l’évolution de notre peau après l’utilisation d’une crème ou encore la couleur de notre cheveux.

Lien vidéo collaboration sur l’innovation entre MemoMi et L’Oréal en anglais: https://www.youtube.com/watch?v=589FIIUJPIY 

Cette vidéo parle des innovations à venir et la collaboration entre MemoMi et L’Oréal. Pour le CEO de MemoMi la technologie des nouveaux gadgets ne cesse de se développer. MemoMi sont spécialisé dans la conception de miroir intelligent qui reflete le visage ou le corps en temps réel. Pour le CEO de MemoMi plus que jamais les cosmétiques vont évoluer et innover de plus en plus durant ces années. Cette collaboration dure depuis 10 ans et aujourd’hui il présente Modiface au grand public.

Après avoir tester le miroire Modiface je trouve ça vraiment bien fait avec des couleurs adaptées au types de peau et cheveux. Car la possibilité de tester le produits de maquillage ou de couleur de cheveux en tant réelle. Le + :voir si le produit correspond en temps réel et pouvoir s’imaginer avec. Le – :  nous avons trouvés que parfois certaines couleurs manquaient de nuance. Le Modfiace sera d’une grande utilité aux consommatrices de L’Oréal qui sont souvent dans l’hésitation entre différentes teintes de couleurs pour du maquillages ou une teinture de cheveux.

 

Capture d’écran 2018-05-29 à 10.05.14.png
Modiface Vivatech 2018

 

 

Paperscent le testeur de parfum connecté

Nous avons eu un coup de coeur pour cette startup qui est innovante dans le secteur des cosmétiques car elle propose une solution afin de récolter les données d’un parfum qui a été testé. Paperscent dispose d’une boite connecté qui délivre des cartes instantanément parfumées et personnalisées au nom de la marque afin de connaitre combien de personne ont senti le parfum et à quel heure.

Nous avons interrogé Madame Hagiage co-fondatrice de Paperscent, qui nous dit  que grâce à cette machine Paperscent peut récolter le taux de transformation. Ils ont mis deux ans de recherche et développement. L’interface est connectée à une tablette afin de proposer des services en plus pour la marque comme un catalogue pour le consommateur. Leur objectif principal est de s’implanter dans les parfumeries tel que Marionaud et Sephora. Ils ont déjà de grand clients mais veulent se faire connaitre par les grands groupe.

Les + que nous avons retenu la tablette intégrée est efficace car elle accompagne le produit afin de faire une démonstration ou de présenter le catalogue. Plus besoin de manipuler le parfum nous avons le testeur déjà préparé.

Le – : Nous avons trouvé la machine assez imposante , faire un format plus petit pour une plus grand quantité.

IMG_1003
Stand Paperscent Vivatech 2018

La Réalité Virtuelle au sein de la digitalisation des enseignes de retail

 

Le salon VivaTech a été riche en innovations autour de l’IA et de la Réalité Virtuelle avec de nombreuses startups et entreprises présentant leurs projets innovants.  

Nous avons initialement porté notre intérêt sur les innovations en réalité virtuelle, initialement prévoyant d’étudier la question des limites de l’utilisation de la VR dans les magasins.

Nous avons eu l’occasion de tester plusieurs expériences en Réalité Virtuelle dont celle de Lacoste 

fullsizeoutput_e24créée pour Roland Garros, mais prévue d’être diffusée dans les magasins de l’enseignes afin de fidéliser les clients avec la marque.

L’expérience était intéressante étant donnée que vous avez d’un côté l’occasion de vous balader dans l’atelier du créateur René Lacoste et d’interagir avec les éléments pour apprendre son histoire, et de l’autre la possibilité de faire une partie de tennis et de golf, des activités liées avec la marque.

Une telle expérience est ainsi très valorisante pour Lacoste puisqu’elle permet de renforcer le lien entre les clients et la marque. Dans le cas de Lacoste, installer des expériences en Réalité Virtuelle dans ses magasins, n’est pas un moyen d’achat, mais un outil de communication/ marketing.

 

Nous avons testé une deuxième expérience de Réalité Virtuelle, cette fois-ci un partenariat entre SAP et Adidas, une expérience vous plongeant dans une entreprise intelligente, vous transportant, à l’aide d’une voiture intelligente, vers les différentes étapes de la production et conception d’une chaussure Adidas.

L’objectif, selon un responsable de SAP, est de rendre cette expérience disponible à partir de mi-juin dans les magasins Adidas, l’utilisant comme point de vente, où les clients pourront personnaliser leurs chaussures en Réalité Virtuelle et effectuer un achat à travers Apple Pay. Nous ne savons pas encore comment ces dispositifs vont marcher mais les personnes de SAP ont l’air confiant que cela va marcher. Il nous reste plus qu’à tester nous-même en juin.

 

 

 

 

 

La robotique et l’IA, nouveaux assistants virtuels, au coeur de l’innovation

Les robots et l’IA ont été les stars de ce salon, en commençant tout d’abord par le célèbre Pepper, le compagnon du quotidien, imaginé par l’entreprise française Softbank Robotics. Pepper a une personnalité très engageante, amicale et curieux, ce qui rend les interactions avec lui très intéressantes.

À la VivaTech, Pepper est utilisé comme un assistant virtuel pour guider les visiteurs dans le salon et pour jouer avec lui, servant également de Cloud, pour réunir toutes les données qu’il reçoit. En plus de servir comme assistant lors de salons, Pepper peut également servir à accompagner les entreprises au niveau de la communication, par exemple dans l’accueil de clients pour des rendez-vous, dans la prise de rendez-vous ou dans l’accompagnement des voyageurs dans les gares.

À travers sa capacité de compréhension des informations, on peut se demander si Pepper n’est pas également capable d’enregistrer des données sans que les visiteurs ne s’en rendent compte. Ceci amène donc à se demander si l’utilisation de ces robots ne représenterait pas un problème au niveau de l’éthique et à l’encontre de la RGPD.

 

 

 

 

L’IA au service de l’entreprise et la question de la culture

La Startup Inmoov, ayant développé un robot humanoid imprimé en 3D, a tenté de répondre à la problématique éthique des récoltes de données en programmant le robot à demander à l’utilisateur son autorisation d’enregistrer ses données.fullsizeoutput_e55

Le robot Inmoov est capable de communiquer et bouger en fonction des échanges avec l’utilisateur. Il a été conçu pour aider les personnes en difficulté, ou les personnes ayant besoin d’aide. Il est capable de saisir des objets, de localiser des lieux, de reconnaître des émotions et des expressions du visage par exemple.

La programmation de ce robot est disponible en Open Source, et est téléchargeable par n’importe quel amateur de robots souhaitant tester leurs compétences, ou souhaitant apprendre à construire un robot. Ces programmateur peuvent programmer leur propre robot et l’imprimer de la manière qu’ils veulent.

fullsizeoutput_e18

 

En plus d’une tentative de solution à cette problématique, la startup a également soulevé une deuxième problématique qui nous a paru très intéressante.

En effet, il s’avère qu’en fonction de la communauté, le robot n’aura pas du tout la même personnalité et façon de parler. En effet, le créateur nous a révélé que le robot anglais serait beaucoup plus sympathique et ouvert au dialogue que son homologue français qui serait plus cassant, arrogant et « roublard ». Ceci serait le résultat d’un effet de culture et de la façon dont les cultures communiquent, qui se reflètent dans la façon dont le programmeur écrit les scripts.

Ceci indiquerait donc que la personnalité de l’IA dépendrait de la façon de penser de l’humain, ce qui est à mon goût assez problématique. Un autre exemple de cela est d’ailleurs l’IA Tay de Microsoft.